OLIVER SANCHEZ, UN CHEF A DOMICILE BRITANIQUE ET AMBASSADEUR DE LA CUISINE NATUROPATHIQUE: SUR LA PUISSANCE DE LA NOURRITURE ET DE LA NOURRITURE COMME MÉDECINE

Aujourd’hui, vous êtes un chef passionné, disposant de nombreuses qualifications et proposant différents types de services. Retour au début ; Quand est-ce que votre passion et votre amour pour la nourriture ont commencé et quand avez-vous décidé de devenir chef?

Ma mère a toujours été une cuisinière exceptionnelle, cuisinant tous les repas à partir de zéro. Nous cuisinions les produits de notre jardin, et les animaux venaient des voisins et des fermes environnantes. J’ai grandi avec une habitude pour la nourriture saine, jamais traitée d’aucune façon. Le supermarché le plus proche était à plus d’une heure de route et en famille, nous y allions une fois par mois ou tous les deux mois, pour acheter les bases et remplir notre garde-manger. À l’âge de 8 ans, j’ai demandé à mon père de me réserver un petit espace où je pourrais faire pousser mes propres légumes. Dès lors, j’ai expérimenté en cultivant n’importe quoi à partir des graines que je recevais des fermes alentour. C’est comme ca que je suis venu à la nourriture. Aujourd’hui, je cultive encore ma nourriture et j’apprécie les vraies saveurs, en mangeant des produits mûrs et de saison.

Avant de créer votre entreprise de chef à domicile, vous avez travaillé en tant que chef dans des avions en effectuant une cuisine à bord préparée avec des produits frais. Comment fonctionne la cuisine fraîche dans un avion ?

Mon expérience en tant que chef à bord des avions a été l’un des plus grands défis, travaillant dans des espaces exigus, et cuisinant seulement avec ce qu’il y avait sur place. Si quelque chose avait été oublié au sol, il n’y avait aucun moyen de le récupérer une fois à 35 000 pieds dans les airs.

Les passagers avaient 4 menus différents au choix. Ils avaient un menu de types canapés ou un menu de cocktail pour grignoter. Un menu à la carte où ils pouvaient choisir entre un repas de 3 à 7 plats, et aussi un goûter l’après-midi qui s’appelait « high-tea ». Les favoris des passagers étaient des pancakes fraîchement préparés avec des baies et du sirop d’érable. Enfin, il y avait un petit déjeuner, avec des œufs, cuits de la manière dont les passagers le désiraient.

Aujourd’hui, vous travaillez en tant que nutritionniste, iridologue et naturopathe au Royaume-Uni. Pouvez-vous nous dire les différences entre ces 3 titres de travail et avec votre travail en tant que chef à domicile en arrière-plan?

Au cours de ma dernière année de formatioin, j’ai recu des enseignements sur la nutrition et la diététique; Cependant, ma situation d’alors ne me permettait pas d’aller dans une école privée et à l’époque j’aurais perdu tous mes avantages étudiants, y compris mon logement étudiant.

J’ai été approché par l’un des principaux centres de nutrition de Londres il y a plus de 7 ans et on m’a demandé si je voulais enseigner et prendre en charge leur nouveau cours de cuisine. Visiter l’école pendant les journées portes ouvertes était l’occasion parfaite pour moi de réaliser mon rêve. Je me suis entraîné pendant 6 ans pour devenir aujourd’hui un nutritionniste agréé, un naturopathe et enfin un praticien en iridologie. Ces outils me permettent donc d’aider mes clients à atteindre leurs objectifs, à faire en sorte que leur santé soit optimale ou à ce qu’un chef privé prépare des aliments «curatifs» pour leur santé.

Vous croyez vraiment en la puissance de la nourriture, mais le plus important est que l’ALIMENTATION EST LA MÉDECINE: Pouvez-vous l’expliquer, et donnez-nous quelques-uns de vos exemples de menu / plat / recettes?

« Food as medicine » est une déclaration millénaire faite par Hippocrate. Il semble que dans des époques que nous considérons souvent comme ignorantes, on en savait beaucoup plus sur le corps humain et sa relation à la nourriture. Aujourd’hui, tout tourne autour de ce qui est publié dans les revues médicales et le reste demeure ignoré. Le corps est  plus percu en fonctions de ses différentes parties que comme un tout. Cela a conduit à l’émergence de nombreux spécialistes qui n’ont finalement  de connaissances que sur un domaine très précis et pas forcément une vision globale.

Aujourd’hui, de nombreux régimes sont conçus pour promouvoir une santé optimale, prévenir ou inverser la maladie (par exemple, régime cétogène, et paléo auto-immune). Le plus souvent, ces régimes font la promotion d’aliments non raffinés et peu transformés, d’une consommation réduite de céréales et, naturellement, de sucre et l’utilisation de quantités de légumes frais.

En partageant votre passion pour la bonne cuisine, vous proposez à vos clients d’apprendre à renouer avec la nourriture: comment ça marche?

Pour se reconnecter à la nourriture, il faut toucher et sentir la nourriture. Comprendre les processus de cuisson est également primordial pour maximiser l’apport en nutriments.

Je propose des visites au marché, où les gens peuvent voir le produit, poser des questions au producteur et comprendre d’où vient la nourriture. Ce n’est pas seulement un morceau de nourriture emballé sur une étagère de supermarché, avec une étiquette indiquant la date, le poids et prix seulement.

Lorsque j’organise des séminaires, les invités participent à la préparation des repas. C’est très amusant mais c’est aussi la clé pour renouer avec la nourriture. Je crois qu’il n’y a pas de meilleure nourriture que celle que vous avez faite à partir de zéro. C’est bien meilleur!

Comment décririez-vous votre ligne culinaire en tant que chef à domicile aujourd’hui?

Aujourd’hui, j’aime m’appeler l’ambassadeur de la cuisine naturopathique. Ce n’est pas parce que je me sens si spécial, mais parce que je ne fais que cuisiner avec des aliments qui favorisent la santé et le bien-être, en particulier les fonctions cognitives.

Pouvez-vous partager avec nous vos meilleurs plats et vos dernières créations?

Mes dernières créations ont été faites pour The 30-Day Reset, un programme dédié à vous ramener à une santé optimale, à identifier les aliments auxquels vous pourriez être sensibles, à réduire toute inflammation qui pourrait se produire n’importe où dans votre corps, et restaurer l’intestin et une microflore symbiotique. Tout le monde peut rejoindre le programme. Il dure 30 jours.

Votre sélection de cuisine varie de la cuisine francaise classique à la cuisine japonais, de la cuisine traditionnelle thaïlandaise à la cuisine méditerranéenne, de la cuisine pour des programmes de cuisine spa et confort: pouvez-vous nous donner un exemple de votre cuisine spa et confort?

Les plats « comfort » sont ceux qui savent vous ramener à des souvenirs d’enfance. Mes meilleures recettes de plats réconfortants sont des plats cuits lentement, riches et pleins de saveurs. Les aliments sont généralement caloriques, le plus souvent sans gras et avec peu de glucides. Parfois, j’utilise certaines techniques de la cuisine moléculaire, en mettant l’accent sur les goûts et les saveurs. Mon plat favori sont les pâtes mizuna avec une mousse de fromage de chèvre et des morceaux de tomates.

Vous travaillez ainsi que chef diététicien : ce travail est-il essentiellement lié à vos publications ou offrez des programmes particuliers à vos clients ?

En effet, il y a de plus en plus de demande pour un chef ayant des connaissances en nutrition, encore mieux si le chef est réellement qualifié dans les deux. Quand on me demande une recette spécifique, c’est souvent lié à un régime. À l’heure actuelle, la tendance est autour du sujet de régime céto, et j’ai beaucoup de demandes à cet égard. La plupart du temps, on me demande de cuisiner et de contrôler les calories pour les athlètes. Ma dernière réalisation en Sport et Exercice Nutrition me permet d’offrir des services qui dépassent toutes les attentes et qui sont rares, même à Londres. Habituellement, les entraîneurs personnels rédigent des plans pour leurs clients, sans être réellement certifiés en nutrition, et leurs plans sont exécutés sans prendre en considération ni le sexe ni les capacités physiques.

Vous offrez toujours votre service en tant que chef à domicile pour les déjeuners d’affaires. Quelles sont les spécialités que vous proposez dans ce cadre, et allant dans le sens d’une alimentation saine?

Beaucoup sont sensibles au coup de barre après avoir trop mangé. Les personnes qui se trouvent dans la vie active n’ont pas le temps de faire une sieste, alors je me concentre sur les aliments riches en nutriments et conçois un menu adapté au sucre sanguin afin que mes clients ne perdent pas leur concentration et ne soient pas tentés de rechercher du café ou du sucre, pour garder un niveau d’énergie maximal.

En tant que chef privé, vous proposez également des dîners, des cours de cuisine en interne et une journée au marché. Ce service est-il souvent demandé et réservé par vos clients?

Actuellement, les cours de cuisine sont ce que l’on me demande le plus. Il y a de plus en plus de gens qui veulent retourner à la cuisine et s’éloigner des aliments préemballés malsains et des aliments remplis de conservateurs et d’additifs, car il s’avère que beaucoup de gens réagissent de plus en plus mal aux aliments hautement transformés. Les gens veulent vraiment apprendre à cuisiner, et ils réservent souvent plusieurs cours de cuisine à la fois. Je propose des cours de cuisine pour tous les budgets, de 3 heures, à un repas de trois plats ou à une cuisine pour toute la journée.

Les conditions de ces menus sont-elles fixées au préalable ?

Je demande toujours à mes clients ce qu’ils aimeraient apprendre à cuisiner ou les techniques qu’ils veulent perfectionner. En fonction de leur choix, je construis ensuite un menu.

Vous travaillez aussi en tant que « journaliste » : quels sont les derniers sujets sur lesquels vous travaillez / publiez?

Mon dernier article a été publié dans Marie Claire. Le sujet portait sur la sclérose en plaques. J’ai aussi écrit de petits articles comme: «Je n’aime pas l’eau, que puis-je boire?», Et des articles plus longs sur des nutriments spécifiques, comme «maca» dans le magazine Your Fitness, et «7 superaliments pour booster ton humeur» dans Superfoods magazine. Ma dernière recette a été publiée dans le magazine Thrive. C’est génial d’être impliqué peu importe le sujet, ou la recette, tant que je peux apporter mon message au monde et permettre aux gens de prendre leur santé en main.

Pouvez-vous nous dire quelque chose au sujet de votre propre blog?

J’ai récemment effectué une refonte complète puisque j’ai maintenant séparé mes deux sites. www.exquisiteprivatechef.co.uk sera désormais la seule plate-forme de blog pour les recettes, et mon nouveau site: www.nutrunity.com présentera des articles sur les questions de nutrition et de santé. Au moment où nous parlons, beaucoup plus de contributeurs seront présentés sur ces plateformes pour augmenter le nombre de visiteurs et apporter des sujets sur lesquels je ne suis peut-être pas assez à l’aise.

Quel est votre crédo actuel et votre meilleur plat innovateur?

En ce moment, j’essaye de maîtriser des recettes vegan, telles que le soufflé et d’autres délices sucrés. Je m’éloigne complètement des masses, qui proposent des versions vraiment malsaines des recettes originales, le plus souvent les rendant pire bien pires que l’original en lui-même. Je m’explique : par exemple, la semaine dernière, je suis tombé sur une recette de brownies végétaliens. Au début, ça avait l’air vraiment génial mais quand j’ai commencé à lire la liste des ingrédients, mon estomac s’est renversé. Il y avait 21 dattes, 700 g de noix de cajou et de l’huile de coco en grande quantité. Peut-être que la recette est végétalienne, mais c’est l’une des recettes les plus malsaines que j’ai vues récemment, avec environ 3-4 dattes par portions. Il en est de même pour les barres énergétiques trouvées dans les magasins de santé. Elles sont chargés de sucre. Bien sûr, ce n’est pas du sucre de canne mais c’est encore du sucre, et en trop grande quantité. Mes versions sont beaucoup plus saines et riches en nutriments, et ne dépendent pas de fortes doses en sucre, quelle que soit sa forme.