Pourquoi avez-voulu devenir boulanger/pâtissier?

C’est une vocation depuis tout petit. Dès que le moment est venu de choisir une orientation professionnelle, je n’ai pas hésité un instant.

Avez-vous un mentor ou une figure marquante qui vous a inspiré pour votre carrière professionnelle ?

Oui, le chef Laurent Allereau que j’ai rencontré au Qatar est un expert en pièces montées et en chocolat. Le chef Pascal Noppe rencontré a Dubai exerce également une influence importante sur la manière de percevoir mon métier.

Vous avez été formé dans l’école de cuisine privée Lenôtre?

En fait j’y ai effectué une formation complémentaire d’un mois avant de travailler pour eux a Dubai. C’est une structure très intéressante et très professionnelle.

Quelles sont les postes que vous avez occupés en France après votre formation ?

J’ai été Chef boulanger dans 3 boulangeries différentes, mais j’avais envie de m’ouvrir à d’autres perspectives.

L’EXPERIENCE DE BOULANGER À DUBAI

En 2010, vous êtes parti pour le Proche-Orient. Qu’est-ce qui a motivé votre choix ?

En fait j’envisageais depuis longtemps de partir à l’étranger et je voulais acquérir de nouvelles expériences auprès de grand chefs. L’aspect financier a également joué un rôle déterminant car on est très bien payé aux Emirats en comparaison avec la France.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées à votre arrivée là-bas ?

Je n’ai rencontré aucunes difficultés car je m’adapte vite. En quelques mois je parlais déjà Arabe et j’ai essayé de comprendre la culture du pays pour savoir ce qu’ils aiment et pouvoir m’adapter, ce qui a très bien marché.

BOULANGER À DUBAI – DE NOMBREUX AVANTAGES

Quels sont les principaux enseignements que vous retirez de cette expérience ?

J’ai appris beaucoup de chose qu’il me faudrait longtemps pour décrire. Maintenant je sais gérer une équipe de 50 personnes et je parle 3 langues couramment. Travailler à l’étranger m’a ouvert l’esprit sur d’autre cultures et mentalités. Ici on m’a offert des postes que jamais on ne m’aurait proposés en France. Ainsi, à 21 ans, j’étais chef boulanger au Four Seasons, puis à 26 ans en charge de 15 magasin avec un staff de 50 personnes. Avec ma femme et mes enfant on adore voyager et partir à la rencontre des coutumes locales. On ne s’ennuie pas.

Recommandez-vous ce type d’expérience pour les boulangers/pâtissiers en devenir ?

Bien évidemment, car c’est enrichissant sur tous les plans ; professionnels et personnels.

Que faites-vous aujourd’hui ?

Actuellement, je suis sans emploi mais je commence mon nouveau travail à la fin du mois. On trouve facilement du travail ici, si on est sur place et qualifié.

Où vous voyez vous dans 10 ans?

Je voudrais ouvrir ma propre boulangerie en Indonésie.

Envisagez-vous un retour en France?

J’aime la France certes, mais je n’y envisage un retour que pour y passer les vacances!