Dans le cadre de notre blog, nous avons déjà rencontré un grand nombre de cuisiniers chevronnés. Chefs talentueux appelés par la quête des étoiles ou jeune cuisiniers ambitieux, les métiers de la gastronomie comptent les talents par milliers. Il est toutefois des profils tellement particuliers qui par leur simple présence ou les mots qu’ils utilisent vont vous couper le souffle lors de la rencontre. Catia Ciofo fait partie de cette catégorie. Brune ténébreuse, à l’accent italien tant chantonnant que séduisant, cette dernière n’a pas effectué de formation de cuisinier. Son approche de la cuisine est une approche artistique. Tel le peintre ou le musicien, son art va se voir influencé par le contexte géograhique dans lequel elle va se trouver ou encore par les personnes qu’elle aura rencontrées. Nous allons vous présenter son approche dans les lignes qui suivent. Retenez votre souffle, c’est un univers haut en couleurs.

CATIA – CUISINIERE ET ARTISTE

Catia exerce depuis 4 ans le métier de cuisinière à domicile dans la région de l’Ombrie et en particulier à Pérouse, ville d’où elle est originaire. La cuisine et l’art sont ses 2 grandes passions et elle a décidé de les combiner pour en faire son métier. Un métier dont elle ne vit pas encore à 100%. Comptable de formation, cette dernière exerce en parallèle encore cette profession pour répondre à ses fins alimentaires et notamment financer les études de son fils. Il est souvent difficile pour l’artiste de vivre de son art et on peut compter par dizaines les peintres, sculpteurs ou musiciens qui de leur temps ont vécu miséreux avant d’obtenir une reconnaissance posthume. Il suffit de penser à Mozart ou à Van Gogh pour resituer ces éléments d’analyse dans leur contexte. Pourquoi ? Parce que bien souvent l’artiste est en décalage avec son époque. Il voit et ressent des choses que certains ne comprennent pas ou ne percoivent pas. Ainsi, il se bat contre vents et marées en défendant ses principes et en essayant de faire découvrir son univers à autrui.

LES ORIGINES ET LE SAVOIR FAIRE

Sa passion pour la cuisine, Catia l’a depuis la plus tendre enfance. Ce sont essentiellement ses grands-mères qui lui ont transmises. Comme nous l’avons déjà mentionné, Catia n’a pas appris le métier de cuisinier. Elle a tout au long de sa vie vécu par et à travers la cuisine avant de prendre la décision il y a 4 ans d’en faire son métier. Elle a alors suivi quelques enseignements afin d’acquérir la technique nécessaire pour mettre en œuvre son projet d’artiste culinaire « Taste and feeling ». Toutefois, la cuisine comme art n’est par essence pas une chose aisée. En effet, le support utilisé est à la différence d’une partition de musique, d’un texte ou d’une peinture, périssable. Pourtant, les moyens photos et vidéos servent de support et permettent d’immortaliser l’œuvre.

LES PRINICPES FONDAMENTAUX DE L’ŒUVRE CULINAIRE

En fonction des couleurs, des personnes qui lui commandent son œuvre, Catia va puiser son inspiration et extraire la quintessence de l’instant. Ainsi, l’utilisation des produits se verra mis en scène différemment en fonction des commanditaires. Catia nous explique : « Quand je rencontre une personne, cette dernière va m’inspirer plusieurs adjectifs, par exemple enthousiaste, beau, sympathique ; ces éléments contextuels influent sur le résultat et amènent un résultat différent que si la personne est mélancolique, triste ou nerveuse ». Vous nous suivez ? Son travail est fondamentalement guidé par une attitude artistique. En fonction des couleurs de l’instant et de la musique qui va résonner dans sa tête, les résultats seront aussi différents les uns des autres. Catia nous confie apprécier particulièrement les peintres impressionnistes Degas et Monet. Actuellement, elle se dit musicalement très influencée par Yann Tiersen et notamment par sa pièce pour piano « le matin ». En littérature, c’est une grande amatrice de Prévert. Autant d’éléments qui entrent en compte dans sa puissance créatrice.
Selon ses propres mots, « Le plat créé raconte une histoire. Il doit être lu comme une poésie et regardé comme une peinture ».

LES PRODUITS ET LES CONTRÉES EXPLOREES

En ce qui concerne les produits, Catia travaille beaucoup sur les produits régionaux et saisonniers. Même si l’Ombrie est une région qui n’est pas côtière, Catia affectionne particulièrement les poissons et les fruits de mer et elle se rend fréquemment en Toscane pour les trouver. L’œuvre d’art est très influencée par le terroir et les gens qui l’entourent. Jusqu’à présent Catia a essentiellement travaillé en Italie, mais aussi dans le sud de la France et en Afrique. Elle aimerait élargir ses horizons et rencontrer d’autres cultures et d’autres produits, autant d’éléments qui permettraient à son art de s’exprimer de manière encore plus élargie.

QUELQUES CREATIONS PASSEES AU CRIBLE

Mais venons en à présent aux créations en elles-mêmes et observons certaines d’entre elles. Comme vous allez le constater les noms des créations inspirent déjà au voyage. Les « moulins de mon cœur » sont réalisés à partir de crevettes rouges, de fleurs de lavande et de mozzarella. Le positionnement de la crevette rappelle les ailes du moulin et le rouge du coulis de tomate évoque la couleur du cœur. Dans « la fenêtre sur Noel », Catia met en scène des pâtes et la coupe du fenouil blanc rappelle d’une manière harmonieuse la forme d’une fenêtre mais peut également évoquer le berceau natal en fonction de l’interprétation qu’on en fait. Enfin, dans « the winter sea » , Catia donne au bar ses lettres de noblesse en évoquant la forme des icebergs. Si ces créations vous interpellent, vous pouvez essayer de les lui commander. Toutefois, cette dernière nous rappelle que comme toute œuvre d’art, ces créations sont uniques. Mais nul doute qu’à partir d’ingrédients similaires Catia saura concevoir tel ou tel nouveau joyau.

Si vous souhaitez en savoir plus sur Catia et ses disponibilités, contactez là via sa page Facebook. Laissez-vous séduire par la grâce et la volupté de ses créations et par la manière avec lesquelles elle vous les présente. Vous ne serez certainement pas décus du voyage.