Araz Ahmadov – un jeune chef – est prêt à représenter sa patrie dans le monde entier. L’Azerbaïdjanais Araz Ahmadov est né en 1982 dans le sud de l’Azerbaïdjan et est diplômé d’une école de cuisine.

 

Araz Ahmadov – Chef exécutif du PMD Hospitality Group

 

Les débuts de devenir un chef de cuisine de renommée internationale

Prenant en compte mon amour pour la cuisine, j’ai décidé de devenir chef malgré les goûts de mon père. J’étais tellement intéressé par cette matière à l’école qu’il m’a été agréable de mieux comprendre la gastronomie.

J’ai maîtrisé cette carrière avec amour. Dans ces moments-là, vivre loin de mes amis me semblait compliqué. Je voulais devenir un chef avec un statut international. C’était le but de ma carrière. À l’école de cuisine, un professeur m’a conseillé de partir à l’étranger.

Il m’a dit : « Va et montre-moi ce que tu es capable de faire dans ce métier ».

 

Partir à l’étranger – Premier arrêt à Moscou

Et la première ville que j’ai visité était la capitale de la Russie – Moscou. Depuis que je suis élève d’un chef renommé, Moscou m’a permis de commencer à travailler dans la cuisine. À partir de ce jour-là, la «véritable cuisine» a commencé pour moi. Pour devenir un expert culinaire, vous avez besoin de connaissances en plus de la cuisine. Ils ont porté une attention particulière à leurs recettes et à une alimentation saine. Un expert culinaire ne peut pas nier ses émotions et sa passion. J’étais seulement en train de travailler.

 

 

Faire des heures supplémentaires, ça paye

Afin de mieux comprendre, je faisais beaucoup d’heures supplémentaires. J’ai travaillé pour ce restaurant durant plusieurs années. Après que le propriétaire du restaurant ait ouvert un autre restaurant dans différentes villes et dans la cuisine de ce restaurant, j’ai commencé ma carrière en tant que jeune expert culinaire.

À partir de ce jour, j’ai commencé à diriger la «véritable cuisine» et à préparer des recettes sur des cartes techniques. Les premiers pas de ma carrière ont été fructueux et ont renforcé ma confiance en moi. La cuisine est un art et une profession profonde.

 

 

La cuisine azerbaïdjanaise

La cuisine azerbaïdjanaise est très célèbre et possède une longue tradition. Elle remonte à une époque récente et a été enseigné de génération en génération. De nos jours, nos chefs culinaires essaient de conserver le goût et les traditions de la cuisine locale, ainsi que de révéler leur goût dans les plats. Par conséquent, toute la cuisine traditionnelle passe au goût du jour grâce au goût classique de nos souvenirs.

 

 

Participer à des compétitions

En ce moment, je prépare une nouvelle cuisine avec des fruits de mer venant de la mer Caspienne. J’ai participé à plusieurs compétitions culinaires. Ma première compétition était en Russie et je l’ai remporté.

Ma participation au championnat a été motivée par mes amis et collègues. Les résultats finaux m’ont donné les premiers résultats du processus de la cuisine. Au début du championnat, nous étions en compétition avec des boîtes noires remplies d’objets  secrets. J’ai eu la chance de pouvoir utiliser l’un de mes matériaux de cuisine préférés.

De plus, depuis plusieurs années, j’ai reçu beaucoup de médailles et obtenu d’excellents résultats. En 2018, on m’a attribué le statut de meilleur chef d’Europe et ce n’est pas un mince exploit pour moi et nos chefs.

 

Conclusion et perspectives

De nos jours, nous avons l’habitude de voir des chefs à la télévision ainsi que dans des magazines, mais c’est tout. Je pense qu’être un chef n’est pas tout simplement un métier, nous allions professionnalisme et amour. Même en me reposant le soir, je pense à de nouveaux menus. Penser à de nouveaux menus et de nouveaux plats me soulage.

J’ai déjà atteint ce que je souhaitais et, pour le moment, je travaille comme chef exécutif dans un hôtel de premier plan. Je considère même mon travail comme un passe-temps grâce auquel je peux gagner de l’argent. En règle générale, le goût et l’esthétique sont importants pour un chef. Ils créent tous les deux un plat.